A Vihiers, 20 d’abstinence de Michel Guionneau en fév 2018.

Lors de notre espace de paroles du mois de février 2018, Michel Guionneau membre de l’Association Alcool Assistance a souhaité fêter ses 20 ans d’abstinence. Pour cela, il avait invité le Docteur Bouvet, médecin alcoologue qui le suit depuis de nombreuses années. Après nous avoir fait la lecture de son histoire de vie, le Docteur Bouvet a commenté celui-ci en insistant sur 3 points important dans la vie d’un malade sur le chemin de l’abstinence :

  • LE DECLIC qui est indispensable et nécessaire pour que le malade accepte sa maladie et commence les démarches de soins.

  • L’importance de l’ENTOURAGE pour aider le malade

  • L’ASSOCIATION pour soutenir régulièrement le malade dans son abstinence heureuse

Un trophée lui a été remis pour récompenser ses 20 ans d’abstinence.

Nous avons ensuite partagé le verre de l’amitié.CO du 01.03.18 (2)[6532]

 

Prisonnier dans cette bouteille d’alcool

De la renaissance à la libération  

Pendant plusieurs années d’alcoolisation, j’ai tenté à plusieurs reprises de me soigner mais j’étais plus ou moins forcé.

En novembre 1997, j’ai été hospitalisé pour une polynévrite, maladie très proche de la paralysie.

Le docteur Philippe Bouvet conseilla Marie Jo (ma femme) d’aller à une réunion d’entourage à Vihiers. Avec son courage et sa volonté, elle y alla ; elle ne connaissait personne mais elle fut bien accueillie par un couple d’abstinents qui l’a prise en charge pour nous aider.

En janvier, avec ce couple et nous même, nous allions à la réunion du mois, j’étais alcoolisé et pas du tout à l’écoute des conseils.

Mais le 7 février 1998, j’étais très mal alors Marie Jo a appelé un médecin et ma fille ainé a insisté pour que je sois pris en charge. Cette fois, c’était ma décision d’aller me soigner à Thouars. Là, j’ai pris conscience de la gravité de ma maladie, j’ai compris qu’il ne me fallait plus une goutte d’alcool, car j’avais fait beaucoup de dégâts dans mon couple ainsi que dans ma vie de famille avec mes 2 filles. J’avais aussi des dettes.

J’ai appris à dire non à l’alcool, j’ai repris confiance en moi et essayé de redonner confiance à Marie Jo, mes enfants et mon entourage.

4 ou 5 mois plus tard, je reprenais le goût à la vie et le goût à travailler. C’était comme une renaissance. Je me suis donné les moyens pour me reconstruire dans cette vie d’abstinence en allant aux réunions Alcool Assistance à Vihiers, à l’hôpital de Thouars. Marie Jo et moi, nous nous sommes faits de nouveaux amis, en allant aussi dans la Vienne et en Vendée.

Lorsque j’avais repris les rênes, Marie Jo n’arrivait plus à me suivre et baissa les bras ; elle fit une longue dépression bien que l’on nous eût averti.

Nous étions pourtant bien soutenues par le médecin, les réunions malades/entourages. Nous avions bien compris qu’il fallait soigner les deux.

Malgré les hauts et les bas, nous avons combattu plus ou moins les difficultés dans l’abstinence aidés par de nouveaux référents qui avaient les mêmes problèmes que nous et nous avons continué notre chemin dans l’abstinence.

En 2006, Marie Jo tombait malade pendant environs 2 ans, puis en 2013 avec une hospitalisation.  Pour moi, ce n’était pas facile dans l’abstinence, mais malgré tout j’étais bien entouré (amis) et là, j’avais un bon moral.

Je faisais partie du bureau du territoire de Doué La Fontaine où il n’y avait plus d’ententes, de bonnes relations, je démissionnais et avec d’autres personnes, nous n’allions plus aux réunions. Cela nous manquait beaucoup.

Au mois de mars 2016, suite à une intervention qu’il a animée à Vihiers, le docteur Bouvet qui est toujours là pour nous aider et nous soigner, nous conseilla de retourner aux espaces de paroles de Vihiers.

Jeannette, Paul, Marie Jo et moi avons pris le courage de téléphoner à Yannick, le responsable, pour aller aux réunions. Nous avons été de nouveau bien accueillis et nous avons ainsi pu oublier les différents passés.

Le 23 février 201,8 je fête mes 20 ans d’abstinence avec le territoire de Vihiers et quelques amis ainsi que le docteur Bouvet dans la joie et la bonne humeur.

Résumé :

Lorsque l’on est bien conscient de sa maladie, bien dans sa peau, avec une soif de réunions et à l’aide du trépied, nous pouvons aller loin dans le bon chemin de l’abstinence malgré les aléas de la vie.

                                                                                                                                Michel

Territoire de Vihiers