Histoire de Vie de Jean Noël (Mars 2018).

                                                                                                03.03.2018 

Histoire de vie de Jean Noël

Fils d’agriculteur, sorti de l’école primaire à treize ans et demi je me retrouve à la ferme où l’alcool est présent à la maison comme aux champs.

 Ma consommation s’amplifie ne voulant pas faire moins que mes aînés au travail.

A 17 ans premières veillées de conscrits comme j’étais bien entraîné je tenais « la marée »

Janvier1960 départ à l’armée pour 28 mois France et Algérie comme par hasard 24 mois chauffeur d’officiers qui se trouvaient être de bons buveurs et qui m’ont vite sollicité à les accompagner dans leurs excès.

Avril 1962 retour à la ferme, mon père gravement malade décède en Décembre seul maître à bord libre à moi de consommer à ma guise.

Avril 1964 je me marie. 

1965 naissance de notre premier enfant bien arrosée

 1968 mon épouse me retrouve régulièrement couché dans la paille où le foin ; c’est la déchéance, elle décide de me faire hospitaliser à la Clinique St Didier à Avrillé.

Cet établissement géré par un Docteur avait pour infirmières des religieuses.

En ce qui concerne les soins : piqûres chauffantes, cures de dégoût etc…

Programme de la journée : messe du matin 3 ou 4 fois par semaine (il y avait une chapelle) dans l’établissement entretien avec une religieuse qui nous accompagnait lors de nos sorties en ville.

J’étais en désaccord avec cette religieuse qui m’a toujours soutenu alcool zéro alors que je voulais lui faire dire « un petit peu » seulement, un petit peu ma sœur !

Après trois semaines d’hospitalisation, ayant retrouvé une certaine force physique j’ai un différent avec le docteur je lui demande de partir il me dit de passer le lendemain à son bureau pour signer les documents ; je lui demande si éventuellement je pourrais revenir si besoin était et il me répond : je ne veux pas te revoir tu n’es qu’un petit « con » et il avait certainement raison mais je n’étais pas de son avis.

Je savais que mon problème était dû à l’alcool mais je ne voulais pas l’admettre sans doute par orgueil ou peur du regard de la société sans doute les deux. 

De retour à la maison suivant mes convictions je bois « un petit peu » et ce qui devait arriver arriva

J’étais retombé dans la déchéance. 

Mon épouse entre en contact avec des membres de La Croix d’Or elle avait déjà dû le faire à mon insu depuis quelques temps.

Pour mon premier contact je suis fort déçu, le deuxième fut plus positif. 

On me parle d’une Doctoresse sur Nantes, Madame Marion Cahour, cette personne avait son cabinet qu’elle avait nommé « sa boutique » et plus tard « Un brin de causette » dans sa boutique comme elle disait elle accueillait les paumés et les alcoolos.

Sans rendez-vous imaginez les heures d’attente.

Accompagné d’amis j’ai fait le trajet pendant un an sans prendre d’alcool ce jour- là alors que je n’étais pas abstinent, pourquoi ?

Elle savait nous écouter et parlait très simplement elle me conseille un médicament nommé TTD, B3B4 à prendre sans une goutte d’alcool je la rencontre pendant un an.

Je suis ses conseils au début et après quelques semaines il fallait bien tenter l’expérience « d’un petit peu » résultat catastrophique il fallait bien revenir à alcool zéro. 

Bien accompagné par les amis de la Croix d’Or avec mon épouse nous assistons à toutes les réunions ou manifestations proposées par l’association.

En 1970 après deux ans de galère « le petit Con » comme m’avait dit le Docteur avait enfin compris que c’était alcool zéro.

Je voudrais que l’on ait une pensée pour mon épouse, pour celles et ceux qui l’ont connue, son accompagnement et sa persévérance m’ont permis de retrouver le chemin de la Liberté ce qui est évident c’est que si je n’avais pas pris la bonne décision à l’âge de trente ans je ne serais pas là pour vous parler aujourd’hui.

 Merci à tous les adhérents d’Alcool Assistance pour leur écoute, leurs conseils et leur engagement.    

Jean Noël

 

 

 

 

Je remercie et félicite aussi une personne présente dans cette assemblée cet après- midi

 

En 2004, la croix d’Or organisait son 36° congrès national à Douai dans le nord de la France

 

Là, j’ai fait la connaissance d’une dame qui avait des problèmes avec l’alcool.

 

Elle me parla longuement de ses déboires avec ce produit en toute confiance, je l’ai écoutée,

Nous en avons discuté et depuis ce congrès, cette personne vit dans l’abstinence. Ensemble,

Nous passons des jours merveilleux.

Merci