Histoire de Vie de Stéphane.

HISTOIRE DE VIE DE STEPHANE
Pour moi tout à commencé dès mon plus jeune âge je me rappelle boire Ia dernière goutte des verres après que des invités soient passés à Ia maison. Ensuite vient I’adolescence avec mes premières discos et boites de nuit entre copains copines avec ses bouteilles d’alcool fort.

En 1993 fini I’école; ouf; je rentre en apprentissage chez les compagnons du devoir en tant que couvreur, une belle école où je travaille beaucoup la journée en entreprise et le soir cours de 20h à 22h. Après les cours je consommais une petite bière au foyer tous les soirs pour me récompenser d’une dure journée.Les week- end étaient pas mal non plus : atelier toute la journée avec son casse- croûte le matin, apéro le midi et rebelote Ie soir ; un bon apprentissage avec Ie produit.1999 le jour de mon anniversaire, je rentre au 6ème régiment du génie à Angers pour 10 mois où je m’occupe comme je peux heureusement qu’il y a un foyer !

2000 je prends mon indépendance, un appart, je me souviens, 1ère course : 700 francs, j’ai la panoplie parfaite de bouteille pour pouvoir plaire à tout le monde. Je me rends compte bien vite que les niveaux baissent sans pour autant qu’il y ait du monde à venir me voir.

Octobre 2000 mon papa décède d’une maladie que tout le monde connaît : un cancer, un coup dur pour toute la famille. Maman tombe dans les griffes de l’alcool et je suis pas loin derrière.

2004 maman se sort de I’emprise de l’alcool grâce à Jean Noël et I’association Alcool Assistance, elle dit qu’elle peut m’aider mais je lui réponds que je gère, iI faut savoir que la famille n’est pas toujours la mieux placée pour aider un malade l 2004 à 2009 je prends de plus en plus souvent le produit et en forte quantité.

Il faudra attendre la fin 2009 pour que je réagisse avec la rencontre d’Annie dans un hôpital d’ Angers,  le déclic. Je demande le numéro d’Annie_à mon futur beau frère qui.me dit qu’il faudra choisir entre la bouteille et sa belle sœur, chose faite, une place se libère au CHU de Cholet. Jj’en parle à mon patron,  il me dit fonce.

Je rentre en soin entre Noël et le 1erde I’an 2009. Sorti de I’hôpital le3l décembre, je me demande comment je vais passer mon premier 1er de I’ an sans Ie produit. Je passe ma soirée avec des amis de I’Association Alcool Assistance et tout se passe bien.

Ces amis, par Ia suite, m’ont beaucoup aidé à m’intégrer au groupe de parole qui aide les personnes qui ont une addiction. Toujours soutenu par mon amie Nenette qui fait partie du groupe entourage. Je continue mon petit bonhomme de chemin. Par la suite j’ai pris des responsabilités au sein de I’asso en faisant partie du bureau. CeIa m’aide à m’affirmer et à ne pas faire machine arrière. Je ne me vois pas trahir des personnes qui m’ont tendu la main. Aujourd’hui, cela fait 7 ans que je suis abstinent. Je suis également responsable du lieu d’accueil de ChemiIIé.

Heureux dans ma vie de couple et familiale, respecté dans ma vie professionnelle, impliqué dans ma vie associative, tout va pour le mieux. Je tenais à remercier toutes les personnes qui m’ont aidé sur mon chemin de I’abstinence, ils se reconnaîtront, et dire aux personnes qui s’interrogent sur leur consommation que ce n’est pas chose facile d’arrêter mais pas impossible !