Témoignage de Gaëlle.

Journée du 19 Mars 2016

Janvier 2014, de retour d’un formidable séjour dans les Iles… je me réalcoolise… très fortement…. Pourquoi?… Jeune femme dynamique, maman heureuse….Bonne question, je ne le sais pas, et je ne le saurais certainement jamais… après tout qu’importe…

A la fin de cette journée de janvier, me voici aux urgences, j’ai fais un malaise….ma vie passe en boucle dans ma tête…. Puis voila, STOP, la vérité me reviens en pleine figure…OUI Gaëlle tu es malade alcoolique… tu ne peux plus te mentir, et essayer de t’en sortir seule.

Premiere démarche, loin d’être facile, je décide d’appeler à l’aide… une association me semble bien… Je prends contact avec mr Auguste Charrier qui vient à la maison. Nous faisons connaissance…et tout de suite un lien, invisible certe, mais si présent, me mets en confiance, me rassure. Auguste me parle d’une certaine « boîte à outils »…Tout en discutant nous abordons les divers moyens de soutiens qui existent pour que je choisisses d’en sortir (association, Alia, hopital, Post cure…)…En fin de soirée, ma décision est prise, le lendemain je prends RDV à ALIA.

Après plusieurs RDV avec mon éducatur chez ALia, Mr Pavageau,ou nous échangeons, vide mon sac, il m’écoute, me respecte…Je lui fais part de ce manque d’un petit quelque chose pour sollidifier mon soin…Il m’oriente alors vers le centre d’addictologie de Cholet que j’integrerais du 10 au 22 février 2014…

Jour J…boule au ventre, appréhension, la douleur d’être séparée des miens…mais c’est mon choix, certe dur, mais il le faut. Le 1er jour fût assez compliqué, questions, bilan medical, l’inconnu…les réponses me font peur, je me sents..si jeune…et je ne pensais pas être arrivée si bas dans mon desespoir…Puis en discutant avec les autres, je me rends compte que OUI, je suis malade, mais pas seule. Même si je sais que mes proches sont la…c’est un sentiment différent, celui d’être comprise…Durant ces 12 jours, le personnel, les médecins, mes compagnons de séjour, ont été d’une aide et d’un soutien formidable. Dudu m’a souvent rendu visite, et aujourd’hui rare sont les jours ou nous n’échangeons pas de simples textos….12 jours…cela peut paraitre long, mais au bout du compte, celà passe très vite. On réapprend à se connaitre, à se redécouvrir. On prend du temps pour soi..Ce que l’on avait oublié, à force de se cacher derriere nos mensonges…Grâce aux compétences de l’équipe médicale, j’ai compris les dangers et les conséquences que pouvait ammener l’alcool.

Lors des réunions et des ateliers, la prise de conscience est brutale…mais nécessaire…la réalité des choses nous ai mise devant nous et la…ce n’est que par soi même et par détermination que l’on peut avancer. Reprendre l’estime de soi, savoir s’affirmer, se mettre à nu devant les autres apporte une telle force, que je ne trouve pas de mots pour la qualifier…

Tout ce que j’ai appris, que se soit sur le plan médical et humain, m’ont fait grandir, mûrir. Quand je suis sortie de l’hôpital, j’ai remercié les infirmières de m’avoir tant appris, soutenue et écoutée …

Aujourd’hui, à plus de 2 ans d’abstinence, je me porte bien, et j’en suis fiere…Mais ce n’est pas acquis…le chemin est encore long…Depuis ma sortie de l’hopital, je vais à chaque espace de parole, j’aime ces moments d’échange, d’écoute…de respect…des liens d’amitiés, solides et pleins de sincérité se sont créés, et nous permettent de nous aider les uns et autres. J’y ai trouvé ma place, et en suis ravie. En 2 ans, beaucoup de choses se sont passées…l’intervention dans une émission de France 2, celles dans les écoles et lycées…tout celà m’a fait gagner en confiance en moi et en maturité. J’aime pouvoir, à travers mon histoire, aider les autres…

je continue également mes entretiens à Alia, qui me permettent de consolider cette vie, choisie, dans laquelle aujourd’hui je revis.