Un joli texte de Marie Thé…. merci

Coucou,

En ces moments de confinement nous sommes beaucoup sur les réseaux sociaux. Je pense énormément à ceux qui n’ont pas encore pris la décision de se soigner de l’alcool. Alors je me décide à écrire ce petit texte.

25 Ans. Il y a 25 ans que je me suis soignée pour l’alcool. Cela peut paraitre long pour certains mais je ne peux m’empêcher de penser aujourd’hui au mal être que j’aurais eu dans ces moments de confinement, moi qui attendais que chaque matin mon mari et mes enfants partent de la maison pour satisfaire mes besoins d’alcool. Le week-end je tenais (grâce) aux médicaments tranquillisants.
Pour ceux qui sont en ce moment, dans le confinement, je comprends leur détresse ainsi que celle de leur entourage. Je repense à ce jour où j’allais très mal (tout m’était confisqué) lorsque mon mari m’a donné un verre pour calmer la crise qui allait venir.
C’est peut-être difficile aujourd’hui de prendre la décision de se soigner. Mais quand nous aurons repris le cours normal de la vie pensez à ces jours et essayez de mettre tout en œuvre pour sortir de cet enfer. Oh je sais ce que j’aurais dit à votre place « tu parles bien toi mais ce n’est pas facile ».
Pour ma part, après une dernière cure au centre hospitalier de Cholet, ainsi qu’une participation régulière aux espaces de paroles de l’association d’Alcool assistance, j’en suis sortie plus grande, plus forte et surtout PLUS LIBRE.
Bien sûr que c’est difficile aussi pour l’entourage proche, sûrement autant que pour le malade. Mais (sans vouloir faire de morale) essayez de ne pas trop surveiller la personne malade, de ne pas trop la mettre de côté sous prétexte d’une quelconque raison…
Je ne peux pas terminer sans remercier de tout mon cœur mes parents (je pense à maman qui est confinée à la maison de retraite), à mon mari et mes enfants, et même si mon dernier ne m’a jamais connue dépendante, il sait tout de mon parcours ; On en parle quelquefois. Ils ont toujours été là pour moi, à mes côtés et je peux vous dire ça n’a pas été facile tous les jours. Je ne les remercierai jamais assez de la confiance qu’ils m’ont redonnée.
Je voudrais dire aussi un immense merci à Alcool Assistance ; même après 25 ans je continue de participer aux espaces de paroles et je dirais que c’est ma deuxième famille. Et merci aussi à toutes ces mains qui m’ont été tendues par mes voisins, mes amis, mais si à cette époque je n’ai pas su les saisir. (Dommage car j’aurais sûrement gagné quelques années.)
Aujourd’hui tout va bien et j’espère bien finir ma vie comme ça.
Avec tout ce retour en arrière, l’émotion me gagne. Mais ce que j’ai gagné surtout c’est la LIBERTE.
Prenez bien soin de vous tous.
Marie Thé le 01.04.20